De retour d’une fête en Europe de l’est, deux soeurs, Abi et Lilly, se perdent sur la route. Sans réseau mobile et avec un GPS en panne, elles essayent de retrouver leur chemin. En traversant une forêt sinistre, le pneu avant de leur voiture éclate. Coupées du monde et sans pouvoir réclamer d’aide, elles vont vite découvrir que cette forêt cache un terrible danger.

Dans la cohorte de films d’horreur qui sortent chaque année, il y a les grosses productions et ceux bricolés avec 3 bouts de ficelles entre potes, les films instantanément (et des fois à tort) cultes et ceux qui restent injustement anonymes. Être cinéphile se résume souvent à jouer l’aventurier, et comme dans toute aventure, il y a les bons moments et ceux plus difficiles. Avec A Dark Path nous sommes clairement dans la 2ème catégorie.Scénarisé et réalisé par Nicholas Winter en 2020, A Dark Path nous conte donc le face à face entre 2 soeurs et un monstre tuant toute personne ayant l’imprudence de pénétrer dans la foret qui lui sert de territoire. Un film d’horreur qui ne brille guère par l’originalité de son histoire, qui se plaît de plus à aligner les clichés du genre : protagoniste qui se perd en pays étranger, GPS en panne et absence de réseau, voiture qui tombe en panne de nuit au fond d’une forêt, caméscope avec vision nocturne…

Nous avons déjà vu des scénarios simplistes déboucher, pour autant, sur des films on ne peut plus sympathiques. Le plus gros problème de A Dark Path n’est pas son terreau, qui semblera certes familier à beaucoup, mais bien la graine que Winter y a plantée. Plutôt que compenser les tares de son sujet en soignant son ambiance et ses personnages, et travailler la carte de la tension -après tout une foret la nuit semble un terrain propice pour diffuser la peur- Winter se vautre dans la facilité, “drivant” son film en ligne droite sans parvenir à relancer l’intérêt pour accoucher d’une oeuvre qui en manque justement cruellement.

Dire que A Dark Path est bien peu palpitant est très en dessous de la vérité. Malgré sa courte durée de 74 minutes (générique compris) le temps semble bien long devant ce spectacle où il ne se passe finalement pas grand chose. A Dark Path c’est 57 minutes de chamailleries et de babillages entre les 2 protagonistes, des ballades en voiture sur des routes paumées de l’Europe de l’est, et l’exploration d’une forêt. À moins de 20 minutes de la fin, se rappelant soudain que son film se classe tout de même dans l’horreur, Winter nous révèle enfin son monstre, un peu tard …Devant un tel monument d’ennui la plupart des spectateurs auront sans doute tourné casaque bien avant son apparition. Les plus courageux encore présents verront leur patience bien mal récompensée devant ce final où le réalisateur échoue à instaurer, une fois de plus, la moindre peur. Même la créature ne rehaussera pas le niveau avec son design bien peu inspiré, nous rappelant à chaque instant que nous sommes face à un comédien dans un costume.

Certains pointeront du doigt que le budget alloué à Winter pour A Dark Path était dérisoire, c’est une évidence mais cela n’excuse pas tout. Les problèmes sont bien à mettre sur les mauvais choix de son géniteur, et sur son manque évident d’audace et d’inspiration. Là où certains réalisateur transcendent les problèmes pécuniaires de leurs oeuvres, Nicholas Winter donne surtout l’impression de se vautrer dans lafacilité. A Dark Path est bien un chemin sombre capable de rendre apathique et neurasthénique tout spectateur ayant le courage de tenter son expérience.

– Anthony Rct –

A Dark Path
Année: 2020 ¦ Pays: Royaume-Uni ¦ Durée: 74mn
Réalisateur: Nicholas Winter

Genre: Horreur

Acteurs: Makenna Guyler, Mari Beaseley, Ade Dimberline
Translate »