• L’équipe
  • Liens
  • Contact

Woody Invincible et Crazy Bee travaillent dans le magasin de VCD pirates d’un centre commercial. Glandeurs et grandes gueules, ils passent leur journée à jouer à House of The Dead, ou à draguer des filles. Un soir, en ramenant la voiture de leur patron du garage, ils renversent malencontreusement un militaire. L’homme avait avec lui une mallette semblant contenir une bouteille de soda, et tentant de le sauver, nos deux zigotos lui en font boire une gorgée. Pour échapper à la police, ils  planquent ensuite son corps dans le coffre de la voiture. Le soda s’avèrera être en fait un nouveau virus, transformant tout être humain en Zombie. De retour au centre commercial, le cadavre revenu d’entre les morts commence à zombifier tout ceux qu’il croise…
__
Vous je ne sais pas, mais moi je n’en peux plus des films qui utilisent le terme “zombie” alors qu’ils n’ont que des « contaminés » courant dans tous les sens à nous offrir. Pour moi, le Zombie doit être lent et bête, le danger ne vient pas de sa force ou de son agilité, mais surtout de son nombre.

Je ne peux pas dire que tout les films de zomb-inés sont mauvais -je ne me vois pas rejeter des films comme 28 jours plus tard ou 28 semaines plus tard-, je trouve simplement qu’ils nous éloignent de plus en plus du mythe originel. Il semble bien loin le temps des films de George Romero, Lucio Fulci ou de Jorge Grau et ses Zombies se baladant dans les campagnes anglaises… Mais ! Finalement peut-être pas si loin que ça, car en 1998, Bio Zombie nous sert un bel hommage au classique du genre.

On pense, évidement, à Dawn of the dead, puisque comme dans le film mythique de Romero, Bio Zombie prend la forme d’un huit clos se déroulant presque entièrement dans un centre commercial. Mais au-delà de l’hommage, Bio Zombie est surtout un joyeux mélange d’horreur et de comédie.

La première partie du film nous présente les différents protagonistes, et surtout les deux héros du films : Woody et Bee, deux minables sans envergure, d’une mauvaise foi effarante, bouffons, pleutres et un peu scélérat sur les bords. Un début placé sur le ton de l’humour, donc : un humour crétin, naïf, qui vire même à la pantalonnade par moment. Si vous n’avez pas d’affinité avec ce genre, faites demi-tour, ou soyez avertis que tout le comique du film sera dans cette veine.

A l’arrivée des Zombies le film adopte un schéma plus classique : la survie du groupe, ou comment face à une menace la vraie personnalité des gens se révèle. Le gros dur sera  en définitive un vrai lâche, les filles à l’air superficiel se révèleront plus complexes, et nos deux loser sauront trouver la force et le courage de sauver la situation. 

Tous les acteurs s’en donnent à coeur joie, Jordan Chan (Woody) et Sam Lee (Bee) en tête, incarnant parfaitement, et dans la grotesquerie la plus totale, leurs personnages. Le reste du casting est également très bien, seuls Emotion Cheung (Loi) et Angela Tong (Rolls) semblent un peu en retrait.

La réalisation de Wilson Yip est efficace, amenant quelques jolis mouvements de camera, des travelling maitrisés, et un cadre collant au mieux à l’action du film. De nombreux clins d’oeil sont fait au jeu video, Yip utilisant, par exemple, des inserts indiquant la charge des armes (clin d’oeil à House of The Dead) et une  présentation de chaque personnage, arme à la main, rappelant les écrans de sélection des personnages de certains jeux de combat. Il sait tirer partie de son lieu de tournage.

Si Yip est surtout connu aujourd’hui pour sa trilogie Ip Man ou pour son film SPL, il est assez drôle de voir qu’à l’époque de Bio Zombie, alors jeune réalisateur, il s’est fait la main sur du film de genre. Il remettra les couverts avec de la comédie horrifique en 2002, avec The Mummy, Aged 19.

Film éminemment sympathique, Bio Zombie respecte le mythe du zombie en y apportant une bonne dose d’humour, mais n’hésite pas à se faire sérieux quand il le faut.

Pour autant, Bio Zombie n’évite pas quelques écueils comme des maquillages assez datés, voire médiocres, qui donnent un coté kitch au film.
Le film souffre aussi d’un léger problème d’équilibre, si le coté comédie est vite mis en avant, Yip peine à démarrer son film de Zombie. Les plus impatients ne manqueront pas de demander, tel des Ian Malcolm en puissance, “auriez-vous projeté de mettre des zombies dans votre film de zombie ?”.
Serait-ce utile également de commenter le ridicule du Zombie amoureux qui protège sa bien-aimée… Ceci dit, on a bien eu droit a des vampires romantico-dépressifs dans Twilight alors…

– Anthony Rct –

Bio zombie
Titre original: Sang dut sau shut
1998 – Hong Kong – 94mn
Réalisation: Wilson Yip
Genre(s): Horreur, Comédie, Zombie/Contaminé
Acteur(s): Jordan Chan, Sam Lee, Angela Tong

Praesent dolor. commodo Phasellus adipiscing eget pulvinar Lorem