• L’équipe
  • Liens
  • Contact

Un jeune homme, seul dans une maison délabrée en pleine campagne, passe en revue des photos de femmes. Il cherche le visage de celle qu’il désirera et saura aimer. Plusieurs femmes lui apparaitront, ainsi que 2 hommes souhaitant se lancer dans une partie d’échecs. Entre rencontres éphémères et passion dévorante, la raison de cet homme semblera vaciller pendant que les joueurs s’affronteront sur l’échiquier.
__
Guy Borremans est un photographe québécois qui après un court passage au service cinématographique de l’ONU, a enseigné dans différentes universités canadiennes. Il a aussi oeuvré comme directeur de la photo pour plusieurs réalisateurs.
En 1960 il réalise son premier court-métrage, La Femme Image, qui provoqua lors de sa sortie au Québec un petit scandale en raison de quelques plans de nus. 

Profondément expérimental, La Femme Image est un hymne à l’amour et au désir, une quête initiatique parée d’un soupçon d’érotisme. Sans aucun dialogue, cette errance sentimentale se verra néanmoins accompagnée d’une voix off qui fera partager au public les doutes et les pensées du protagoniste. Adoptant un ton parfois ostentatoire, très souvent lyrique, ce narrateur aux propos tour à tour amers, véhéments ou philosophiquement complexes nous guidera sur l’état d’esprit du jeune homme pendant ses pérégrinations. Baignant tout du long dans une ambiance oscillant entre surréalisme et inquiétante étrangeté, La Femme Image se plait à perdre son public avec ses séquences oniriques, empreintes de métaphores et de symbolisme.
La musique jazz utilisée pour ce court-métrage renforce encore le coté chimérique de certaines scènes. Composée par Bobby Jaspar & René Thomas, elle est entraînante, parfois entêtante, un choix de prime abord insolite qui s’avère payant tant elle donne une couleur particulière à ce court-métrage.

Souvent le cinéma expérimental fait montre d’un certain hermétisme et tenter d’en faire une analyse peut vite relever de la gageure. La Femme Image ne fait pas exception, nous sommes face à un objet filmique dont il est difficile d’interpréter toutes les circonvolutions. Certes le point central reste le désir (charnel et sentimental), et évidement l’amour, mais Guy Borremans ne s’arrête pas là, effleurant périphériquement d’autres thématiques.
Ainsi, malgré l’air bien innocent et inoffensif que semble prendre son court-métrage, le réalisateur aborde des sujets sous-jacents comme la soif de l’absolu, le difficile passage à l’âge adulte, le besoin de “tuer le père” pour parvenir à s’affirmer.
Il érafle aussi des travers de la société, qui restent encore terriblement actuels aujourd’hui, comme les canons de beauté que l’on nous vend comme idéals, ou le besoin de faire rentrer les gens dans un moule de “normalité” quitte à provoquer leur aliénation.

Il n’est jamais évident de découvrir “à froid”, de nos jours, une oeuvre de cet âge, de surcroît une oeuvre s’inscrivant dans une démarche expérimentale. Force est de reconnaitre que La Femme Image fait preuve d’une réelle audace, pour peu que l’on fasse l’effort de la recontextualiser dans son époque. Guy Borremans, qui nous a malheureusement quittés en 2012, était un précurseur, un artiste avant-gardiste, qui reste plus connu pour son excellent travail de photographe, ou de directeur photo, que pour celui de réalisateur. Dommage qu’il n’est pas plus persévéré dans ce métier, tant ce court-métrage se montre intéressant et pertinent tout en étant très agréable à suivre.

– Anthony Rct –

La Femme Image
1960 – Canada – 36mn
Réalisation: Guy Borremans
Genre(s): Expérimental, Court & Moyen Métrage
Acteur(s): Roger Blay, Marthe Mercure, Monique Valier

eget non ipsum lectus commodo dolor nunc Nullam vulputate, ante. suscipit