Un satellite américain s’écrase sur terre, à son bord se trouvait un projet gouvernemental : une nouvelle forme d’arme biologique du nom de Xantar. Crashé non loin de Los Angeles, le monstre belliqueux va rapidement commencer à faire des victimes. Le lieutenant de police Ian McLemore et son collègue Jerry Merris, envoyés sur place pour enquêter, vont se retrouver bien malgré eux mêlés à cette affaire.

Fred Olen Ray est un réalisateur que tous les amateurs de films bis, Z, ou à forte tendance nanardesque doivent connaître. Véritable galérien du film fauché, le bonhomme a réussi à alimenter les vidéo-club du monde entier avec sa 100aine de films en 40 années de carrière. Et dire que sa filmographie mange à tous les râteliers est un euphémisme : on y trouve du slasher, de l’action, de l’érotique, de l’horreur. C’est simple, quand un genre avait du succès, on pouvait être sûr que Fred s’engouffrerait dans la brèche en appliquant toujours plus ou moins la même recette : s’inspirer des films à succès (histoire d’alpaguer le chaland), écrire un scénario passe-partout, trouver un titre rigolo et une affiche sympa, y inclure de la bimbo topless, bien emballer le tout à l’économie… et ça fait la blague.

Par exemple, pour L’Invasion des Cocons, Fred est allé chercher l’inspiration du coté de Alien, mais faire de la SF c’est un peu cher (l’espace, les maquettes de vaisseaux), du coup sa SF à lui se passera donc sur Terre. Et puisque L’Arme Fatale a cartonné l’année d’avant, autant y aller aussi dans le buddy movie en saupoudrant le tout d’un peu d’action pour le prestige (mais pas trop quand même, le budget, encore le budget). Et voilà, c’est prêt !Autant dire que le spectateur va être en terrain connu avec cette histoire d’arme biologique, d’agent du gouvernement venu effacer les traces d’un projet secret, de savant à moitié fou, de monstres belliqueux, et de super flics peu respectueux du règlement qui doivent sauver la mise.
Si vous cherchez de l’originalité, passez votre chemin mes braves, ici on est chez Fred Olen Ray !

Pour son casting Fredo fait appel à quelques vétérans des productions cinématographiques ou télévisuelles, ceux qui, évidement, acceptent de “taffer” pour le salaire minimum. C’est ainsi que ce bon vieux Charles Napier (Rambo 2) hérite du rôle de McLemore, un personnage à mi-chemin entre L’Inspecteur Harry et le sergent Martin Riggs. Nous retrouvons également Bo Svenson (Delta Force, Beyond the Door III), Ann Turkel (Humanoids from the Deep) ou Julie Newmar (la Catwoman de la série TV Batman). À noter que Jerry Merris, le coéquipier de McLemore, est joué par Ron Glass que les fans de la géniale série Firefly et du film Serenity connaissent puisqu’il y incarnait Derrial Book. Un acteur qui nous a malheureusement quitté en 2016.

Tout ce petit monde va donc se retrouver à devoir chasser le Xantar dans un scénario co-écrit par Fred himself. Et quel scénario ! Entre déjà-vus et scènes “what the fuck” on en a pour son argent ! Charles Napier et Ron Glass, entre deux blagues de beauf et une bavure, vont se coltiner l’enquête, supervisés par Bo Svenson, leur chef, qui en marre de leurs conneries. Comme notre duo de flics est super sympa et super cool mais pas vraiment super doué, ils vont rapidement se retrouver au point mort. Tant mieux, ça laissera du temps au père Napier pour draguer une de ses collègues en l’invitant à bouffer des steaks cramés et en lui jouant de la cornemuse. Heureusement ils vont rapidement être remis sur la piste du monstre grâce à l’intervention d’un deus ex machina en la personne d’une medium qui viendra boucher les trous dans le scénar. Le tout nous dirigera vers un final on ne peut plus sympathique avec quelques fulgurances de violence, et du combat bien cool à coups de tronçonneuse.Alors oui, nous sommes en présence d’un film indéniablement crétin, souvent fainéant et passablement mal fichu. Il est clair que le scénario ne casse pas des briques et que la réalisation de Fredo ne lui vaudra jamais un Oscar MAIS … qu’est ce que c’est fun tout simplement !

On sent que comparé à nombre de ses autres productions, il avait un peu plus de pognon pour cet Invasion des Cocons. Du coup, il y a un peu de générosité dans l’air : des cascades, des explosions, pas mal de plans en extérieur, un nombre conséquent de personnages présents à l’écran. Ensuite le monstre est plutôt bien fait, même si il sent bon le latex et qu’il est totalement pompé sur l’Alien du film éponyme. Ok, il prête plus à sourire qu’à faire flipper, mais il participe au coté bis fendard du métrage. En plus de ça, les acteurs, Charles Napier en tête, ont l’air de bien se marrer, et l’ensemble n’est à aucun moment prise de tête et on passe un moment bien savoureux.

L’Invasion des Cocons est typiquement le genre de film qu’on pouvait louer, dans les années 80 – 90, sur une VHS usée jusqu’à la corde au vidéo-club du coin un samedi soir et qu’on avait envie de déguster avec des potes, des pizzas et des binouzes… Nostalgie quand tu nous tiens !

– Anthony Rct –

L’Invasion des Cocons
Titre original: Deep Space
Durée: 1988 ¦ Pays: USA ¦ Durée: 90mn
Réalisateur: Fred Olen Ray
Genres: Horreur, Science-fiction, Nanar
Acteurs: Charles Napier, Ann Turkel, Ron Glass

Translate »