• L’équipe
  • Liens
  • Contact

Une secrétaire d’une vingtaines d’années doit subir tous les jours les avances des hommes et le harcèlement sexuel de certains de ses collègues de travail. Pour ne rien arranger, sa mère passe son temps à l’appeler pour lui conseiller de tomber enceinte d’un homme suffisamment riche pour lui assurer la sécurité financière. Quand une nouvelle voisine s’installe, elle devra en plus supporter les bruits émanant de son appartenant, des bruits ne laissant que peu de place au mystère: la nouvelle venue, recevant un ballet incessant d’hommes et de femmes à toutes heures de la nuit, a une vie sexuelle pour le moins prolifique. A la fois dégoutée et fascinée par cette débauche de sexualité débridée, elle décide une nuit de s’aventurer dans la demeure de cette femme.
__
Norman England, le réalisateur du court métrage qui nous intéresse aujourd’hui, pourrait facilement obtenir la palme de l’obstination : américain installé depuis près de 20 ans au Japon, il n’a eu de cesse de creuser son trou dans une industrie cinématographique nippone connue pour sa rigidité. Au fil des ans, et des opportunités, il a dû porter plusieurs casquettes : acteur, réalisateur, directeur photo, sous-titreur.

Il parvient en 2006 à réaliser un premier court métrage, The Idol, et suivront deux documentaires : l’un sur les effets spéciaux de la série de films Godzilla en 2008, et un sur la société de production Sushi Typhoon en 2011. New Neighbor, sorti en 2013, est donc, à ce jour, son dernier effort.

New Neighbor aborde les thèmes du fantasme, de l’inhibition et de la sexualité en se plaçant du point de vue féminin. Le réalisateur, pour illustrer son propos, va jouer sur la dichotomie entre les deux protagonistes.
La mise en opposition est, dans une première partie, permanente : l’une est introvertie, faible, timide et vit dans l’angoisse, quand l’autre est extravertie, désinhibée et n’a cure de l’opinion des autres. Le personnage d’Ayano est écrasé par le monde qui l’entoure, les hommes qui ne veulent que coucher avec elle, et une mère lui rappelant en permanence la pression sociale de devoir se marier pour être dans la normalité et a l’abri du besoin. Son personnage vit dans une sorte de culpabilité, n’assumant pas ses désirs, mal à l’aise avec tout ce qui touche au sexe, pudique, comme si elle n’était jamais vraiment passé à l’âge adulte. L’arrivée de cette voisine (jouée par Asami), objet de dégout mais aussi de fascination, va la confronter à son propre mal-être.

Le réalisateur choisi de ne pas nous révéler les nom des deux personnages. L’une sera la fille (Ayano), l’autre sera la femme (Asami), comme pour marquer, une fois de plus, le fossé qui les sépare. Fossé se ressentant jusque dans leurs appartements respectifs: celui de la fille étant propre, parfaitement rangé, clinique, mais presque sans vie, quand celui de la femme est à mi-chemin entre un lupanar et un sex-shop.

Au cours de l’histoire, le caractère du personnage d’Ayano évoluera. Il est interessant de noter que les hommes tellement prompts à la harceler quand elle n’était qu’une cible facile, seront comme terrifiés quand enfin elle s’affirmera.
Le portrait dépeint de la gente masculine n’est de toute façon pas très flatteur dans ce court. Présentés comme des obsédés, irrespectueux, intéressés : tous les moyens sont bons pour qu’ils arrivent à leurs fins.

Pour incarner les deux héroïnes, le réalisateur a fait appel à Ayano et Asami. Si la première a une carrière assez discrète, il n’en va pas de même pour la seconde.

Asami Sugiura a commencé sa carrière dans le cinéma érotique, pour se tourner rapidement vers le cinéma pornographique. Parallèlement au cinéma X, elle fera plusieurs apparitions dans le V-cinéma (l’équivalent du DTV) dans des films indépendants (Machine Girl, Sukeban Boy). Elle quittera le monde du X en 2008 pour se tourner vers une carrière d’actrice plus “classique”. Elle a participé à bon nombre de films pour le label Sushi Typhoon, travaillant plusieurs fois pour le réalisateur Noboru Iguchi (qui fait, d’ailleurs, un caméo dans New Neighbor). On pourrait se dire que Asami a réussi sa reconversion, ce qui est partiellement vrai, mais hélas elle n’est souvent employée que pour jouer les seconds couteaux. Si du coté des fans elle est aimée et respectée, il n’en va pas vraiment de même dans l’industrie cinématographique nippone. Je trouve, pour ma part, qu’elle est une actrice talentueuse qui est, malheureusement, tres largement sous-estimée. Mais encore une fois, le monde du cinéma au Japon est impitoyable (comme ailleurs du reste, me direz-vous) et il arrive bien souvent qu’une actrice ou qu’un acteur ne soit pas engagé pour son talent mais pour sa popularité.

Cette parenthèse étant fermée, j’ajouterais que les deux actrices livrent une excellente prestation dans New Neighbor, et qu’elles sont un véritable plus.

Tourné avec un budget dérisoire (Entre 10 et 13 000 €), New Neighbor n’en demeure pas moins très professionnel, techniquement et artistiquement. Norman England sait ménager ses effets, et même si visuellement le manque d’argent se fait parfois ressentir, sa réalisation est efficace, et soignée. La bande son, composée par Kô Ôtani, n’est pas en reste : tantôt classique, tantôt enjouée, le ton de certains morceaux semblent presque en opposition avec les images que nous voyons, donnant à l’ensemble une atmosphère presque fantasmagorique.

D’une durée de 38mn, New Neighbor est plutôt intéressant malgré une fin un peu abrupte. Son plus gros problème demeure son scénario qui, certes, fonctionne sur sa courte durée mais reste assez basique et très peu développé.

Finalement, j’en suis sorti un peu frustré, comme s’il manquait un petit quelque chose, avec un petit goût d’inachevé. J’aurai aimé que le film, à condition d’étoffer un peu son récit, soit un peu plus long et aille plus au fond de son sujet. En l’etat, New Neighbor reste une oeuvre intéressante, portée par ses deux actrices.
Je croise les doigts pour que le réalisateur ait un jour toutes les conditions réunies pour un projet à la hauteur de ses ambitions.

– Anthony Rct –

New Neighbor
2013 – Japon – 38mn
Réalisation: Norman England
Genre(s): Horreur, Drame, Court & Moyen Métrage
Acteur(s): Asami, Ayano, Tomoko Hayakawa

Donec Lorem ultricies et, elit. in