• L’équipe
  • Liens
  • Contact

Un jeune homme, pelle sur l’épaule, traine un corps enveloppé de plastique dans une forêt. Il cherche un endroit où l’enterrer. Il commence à creuser un trou, et se penche sur le corps. Lorsqu’il enlève le plastique, nous découvrons un cadavre dans un état de décomposition plus qu’avancé. Avant de le laisser au repos de la terre, l’homme va faire subir quelques outrages au macchabée.
__

Presque un an après la sortie de Nécrophile Passion, le réalisateur Tom Heidenberg revient avec Paraphilia, réalisé en association avec le réalisateur El Gore. Ce court métrage de 15 minutes était à la base un “échantillon” de leur futur projet : un long métrage qui aurait été financé en partie grâce aux ventes des dvd et des blu ray de Paraphilia. Le temps a passé, et le dit métrage n’a jamais vu le jour.
Le court métrage aborde le même thème que Nécrophile Passion, à savoir la nécrophilie. Le précédent film d’Heidenberg m’ayant laissé un goût amer (review disponible ici), je dois avouer que j’abordais ce court avec quelques appréhensions.

Alors qu’en est-il?

Si Necrophile Passion était plus psychologique que démonstratif, Paraphilia, lui, n’hésite pas à tailler (dans tous les sens du terme) dans le vif du sujet. Frontal, direct, ce court métrage ne s’embarrasse pas de scénario, ni d’explication. Il n’y a rien que ce cadavre et les derniers sévices que lui fait subir son nécrophile. Certains y verront une faiblesse, d’autres une force, je suis plutôt dans le deuxième clan.

Le court n’ayant pas la moindre ligne de dialogue, le scénario se résumant à un mec + un cadavre + une forêt, tout l’intérêt de Parahilia réside dans son ambiance, et ses effets spéciaux.

Ces derniers sont pour la plupart très bons. Le rendu du cadavre, de la peau et des entrailles est suffisamment réaliste, organique, et le crâne est superbement réalisé.

La violence des actes contraste avec le calme permanent du bourreau -la prestation de l’acteur Philip M. est vraiment bonne- et le cadre bucolique de cette forêt. La bande son, minimaliste, habille parfaitement la réalisation directe et efficace des deux réalisateurs. L’atmosphère de Paraphilia en devient presque étrange, irréelle, voir romantique par instant. L’ensemble donne l’impression d’être comme dans un rêve, ou plutôt un cauchemar.

Necrophile Passion m’avait semblé bien trop long (malgré une durée pourtant limitée de 51 minutes), ce Paraphilia passe comme un éclair, et ne ment pas sur la marchandise. Tout n’est pas parfait, évidement, son plus gros problème étant sa durée, trop faible pour nous permettre de pleinement apprécier le travail des réalisateurs. Une fois le générique terminé, on ne peut s’empêcher de ressentir un profond sentiment d’inachevé. Se dire que ce projet n’était qu’une “carte de visite” pour un projet qu’on pouvait espérer encore plus grand, encore plus glauque, provoque la frustration.

– Anthony Rct –

Paraphilia
2014 – Allemagne – 15mn
Réalisation: Tom Heidenberg, El Gore
Genre(s): Horreur, Gore/Extrême, Nécrophilie, Court & Moyen Métrage, Déviant/Trash
Acteur(s): Philip M.

elit. dolor at vulputate, sit eleifend