• L’équipe
  • Liens
  • Contact

Harley est le plus grand fan de l’émission The Banana Splits, un programme pour enfants avec quatre robots animaux. Pour son anniversaire, sa mère Beth et son beau père Mitch lui proposent d’assister à l’enregistrement de l’émission avec son grand frère Austin, et Zoe, une copine de classe.
Arrivés au studio, ils rencontrent les autres spectateurs ainsi que les membres de l’équipe. En coulisse, Andy, le vice-président de la chaîne, informe la productrice de l’arrêt définitif de l’émission. Mais quand les quatre robots, vont à leur tour apprendre la nouvelle, leur réaction va être hors de contrôle et la soirée va virer au carnage.
__
En 1957 William Hanna et Joseph Barbera créèrent la société Hanna-Barbera Enterprises (rebaptisée Hanna-Barbera Productions deux ans plus tard) qui produisit aux fils des décennies nombre de séries d’animation devenues des classiques (Scooby-Doo, Les PierrafeuTom et Jerry et tant d’autres).
En 1968 le studio lance pour la chaine NBC The Banana Splits Adventure Hour, une émission pour enfants contant les aventures des Banana Splits, un groupe de rock composé de quatre animaux tout mignons : Fleegle à la guitare et au chant, Bingo à la batterie, Drooper à la basse et Snorky aux claviers. Le show consistait en quatre comédiens dans des costumes poussant la chansonnette et faisant les pitres sur scène, le tout entrecoupé de dessins animés.

Après l’arrêt de l’émission en 1970, les Banana Splits feront un come-back le temps d’un téléfilm en 1972, puis dans l’indifférence générale sur Cartoon Network en 2008.
Il semblait donc judicieux de penser que les Banana Splits avaient définitivement pris leur retraite mais c’était sans compter qu’à Hollywood rien ne se perd et tout se recycle : 2019 voit donc revenir, une fois de plus, Fleegle, Bingo, Drooper et Snorky dans un film alliant comédie et…horreur.

Warner Bros (devenu propriétaire du studio Hanna-Barbera en 1996) ont dû se dire qu’ils avaient là un bon candidat pour titiller la fibre nostalgique du spectateur avec une licence qui, de toute façon, ne leur rapportait plus rien.
Et pourquoi pas ? Depuis quelques années la mode est à l’hommage plus ou moins appuyé aux années 70-80 et le public répondant présent, les producteurs ont bien compris l’intérêt financier de ce revival.
Nombre de films et de séries draguent donc les spectateurs par leur côté vintage/pop culture/rétro avec plus ou moins de talent, mais avec un certain succès (Stranger Things, Summer of 84, Super 8 …).

The Banana Splits Movie est donc une tentative putassière de recyclage qui surffe sur la vague nostalgique, mais voir des personnages de Hanna-Barbera être détournés et adaptés à un univers adulte et horrifique est indubitablement une idée réjouissante.
Le changement va d’ailleurs être radical : exit les comédiens dans des costumes, les Banana Splits sont à présent des robots psychopathes et le film ne va avoir aucune pudeur a dévoyer sa licence, et aller jusqu’au bout du concept en n’hésitant pas à mettre une bonne dose de violence et de tripes à l’écran.

Le film fait preuve d’une relative créativité dans ses scènes de meurtres : meurtre à coup de sucette enfoncée dans la gorge, à grands coups de marteau, ou visage brulé en utilisant une bouteille de laque comme lance-flammes par exemple. Elles ont toutes un aspect décalé et servent de vecteur comique au film, ce qui n’est pas sans rappeler le film Killer Klowns from Outer Space de Stephen Chiodo ou les épisodes de la saga Freddy. La violence des actes contraste avec l’aspect inoffensif et mignon des quatre compères qui les commettent.
Si certains effets laissent un peu à désirer, principalement ceux utilisant des CGI, l’ensemble se montre incroyablement généreux.

Malheureusement si ces scènes sont réussies et souvent drôles, elles sont trop peu nombreuses, et entre chacune il ne se passe pas grand chose d’intéressant. C’est là le coeur du problème de The Banana Splits Movie qui malgré son audace et sa grande liberté de ton ne fait jamais l’effort d’aller plus loin que son idée de départ : les Banana Splits sont devenus méchants et tuent tout le monde.
En résulte un film un peu vide qui mise trop sur le détournement de sa licence, et ne peut masquer son manque évident d’ambition.

Manque d’ambition dans le scénario écrit par Jed Elinoff, trop simpliste et sans surprise. La plupart de ses personnages, exceptée la famille d’Harley, ne sont pas développés, leur véritable utilité n’étant que de finir trucidés à l’écran pour le plaisir du spectateur.
Manque d’ambition également de Danishka Esterhazy qui réalise un film certes bien cadré et lisible, mais désespérément classique et peu inspiré. Dans un univers aussi burlesque, faire preuve de quelques audaces visuelles aurait été plus que bienvenu. 

Voir Fleegle, Bingo, Drooper et Snorky massacrer des gens (et annihiler toutes chances de les revoir un jour dans une émission jeunesse au passage) est joussif mais l’utilisation d’une licence ne suffit pas à faire un film, et quelques meurtres bien trouvés ne sont pas suffisants pour remplir les 89 minutes qu’il dure.
Dommage, The Banana Splits Movie n’est au final qu’un film souvent sympathique mais clairement vain.

– Anthony Rct –

The Banana Splits Movie
2019 – USA – 86mn
Réalisation: Danishka Esterhazy

Genre(s): Horreur, Comédie
Acteur(s): Danielle Kind, Steve Lund, Eric Bauza

sit risus. Donec pulvinar libero. Aenean venenatis, Praesent risus consequat.